Sainte-Adresse Capitale de la Belgique

Chemin du Souvenir Belge

Pour vous permettre de parcourir le chemin du Souvenir Belge, la Ville a réalisé des guides que vous pouvez télécharger, ou récupérer en Mairie.

La Grande Guerre 14-18

Au début de l’été 1914, l’Europe est un chaudron dans lequel se cristallise les alliances destructrices (Triple Entente contre Triple Alliance) qui vont embraser l’occident avant de devenir un conflit mondial. 

Le 4 août 1914, à 8h du matin, l’empire allemand envahit la Belgique. La France et l’Angleterre, ne disposant ni l’une ni l’autre à cet instant des forces nécessaires pour venir à son secours, l’armée belge se défendit seule. Bénéficiant de plusieurs villes bien fortifiées, notamment la ville de Liège, elle opposa une résistance inattendue à la puissante armée impériale et ralentit sa progression. En représailles, les forces allemandes réalisent le siège, puis la mise à sac des grandes villes. Louvain disparaîtra dans les flammes pendant trois jours et trois nuits.

Le gouvernement se replie à Anvers, puis, le 7 octobre, à Ostende. Pressé par l’ennemi, il doit cependant se résoudre à l’exil.

Le départ vers la France

Un premier choix se porte sur Londres, mais sans succès. De son côté, l’ambassadeur de Belgique à Paris, Paul Guillaume, réussit à obtenir en quelques heures l’accord de la France, malgré les problèmes de pouvoir et de territorialité qu’il a fallu résoudre. 

Le nom d’Abbeville est évoqué, mais c’est la ville du Havre qui répond aux conditions souhaitées par le gouvernement belge : proximité du front, accès par la mer, par le chemin de fer et par la route – et qui est retenue.

Le 13 octobre, des passagers éprouvés, ni rasés, ni lavés et mal préparés prennent la mer. Les membres du gouvernement, leurs familles et leurs proches collaborateurs embarquent sur le Peter-de-Ceuninck. Les hauts-fonctionnaires ont  embarqué sur le Staat-Antwerpen. La distance paraît courte, mais elle est exténuante et à la nuit tombante, 2000 belges fatigués et transis, débarquent au Havre et sont accueillis dans un vaste hangar, quai Bellot, par le ministre de la Marine sous les vivats des Français.

Au cours de la journée, les décisions avaient été prises pour loger ces visiteurs inattendus. Il n’y a pas de place convenable dans la ville du Havre, déjà saturée par la présence des autorités militaires alliées, notamment Anglaises. Mais la situation est différente à Sainte-Adresse qui vient de se voir doté d’un magnifique quartier résidentiel pour les périodes estivales, construit par Georges Dufayel

L’arrivée du gouvernement à Sainte-Adresse

Le préfet Hennion, représentant le gouvernement français, attribue d’autorité les bâtiments voulus. L’hostellerie et l’hôtel des Régates, qui avaient été fermés depuis quinze jours, (la saison estivale étant terminée) sont immédiatement ré-ouverts. On allume les feux, on prépare les chambres, la literie, on approvisionne les garde-mangers. A l’Hostellerie, on accueillera les ministres et leurs familles, l’établissement possédant de vastes salles qui serviront parfaitement aux réunions ministérielles. A l’hôtel des Régates, toutes les chambres sont réservées pour les diplomates, ministres plénipotentiaires, représentant les différents pays auprès de la Belgique.

Certains ministères nécessitant une surface de travail importante se voient attribuer des villas de prestige : la villa Louis XVI ira au ministère de la guerre, avec comme annexe la villa « Ma Normandie » située à une centaine de mètres. La villa Hollandaise recevra le ministère des Affaires Étrangères (le ministre correspondant en fera d’ailleurs son lieu de résidence).

La villa Louis XIII, que les autorités belges nommeront Roxane, est mise gratuitement à la disposition du président du Conseil pour la durée des hostilités par Georges Dufayel.

Ce dernier ignore bien entendu que cette concession durera plus de quatre années…

L'arrivée du gouvernement à Sainte-Adresse

Les autres ministères seront majoritairement installés dans l’immeuble « Dufayel », vaste bâtiment que Georges Dufayel destinait à l’origine à être hôtel de prestige, mais reconverti avant sa livraison en vastes appartements de luxe.

Quant à la villa « la Roseraie », propriété d’Albert Dubosc, elle est mise par son propriétaire à la disposition du roi, qui n’y viendra jamais, ce dernier voulant rester sur le territoire belge au milieu de son peuple.

Pendant quatre années, Sainte-Adresse vivra au rythme de la Belgique qui, bénéficiant par la France d’un décret d’exterritorialité pour l’ensemble des bâtiments qu’elle occupait, y avait installé son gouvernement et l’avait érigée en capitale.

  • Logo République française
  • region-normandie
  • Logo Seine maritime
  • Logo Le havre seine métropole
  • Logo Étretat Normandie

    Logo Blanc Saint Adresse

    Mairie
    1 rue Albert Dubosc
    76310 Sainte-Adresse

    courrier@sainte-adresse.fr

    Tél : 02 35 54 05 07

    Lundi : 08:00–12:30 / 13:30–16:30
    Mardi : 08:00–12:30 / 13:30–16:30
    Mercredi : 08:00–13:00
    Jeudi : 08:00–12:30 / 13:30–16:30
    Vendredi : 08:00–12:30 / 13:30–16:30
    Samedi et dimanche : Fermé

    12h30 à 13h30: Fermeture exceptionnelle de la Mairie du 1er Juillet au 2 septembre


    SUIVEZ-NOUS



    © - Ville de Sainte-Adresse - 2022